Télécoms : les investissements à un niveau record

 
gallery/investissements-telecoms

Sébastien Soriano, le patron de l'Arcep, appelle les opérateurs à continuer d'investir dans la fibre et dans la 4G. 

Selon l’Arcep, le régulateur du secteur, les investissements ont progressé de 13,4% en 2016, à 8,9 milliards d’euros. Un niveau jamais atteint depuis 13 ans que l’institution les contrôle.

Dans le détail, les investissements dans l'Internet fixe se sont élevés à 6,2 milliards d'euros. Les

opérateurs ont notamment dépensé beaucoup d'argent dans le très haut débit, soit 1,5 milliard

d'euros (+33% par rapport à 2015). Il faut dire que l'an dernier, les Orange, SFR, Bouygues

Telecom et Free ont tous affiché leur volonté d'accélérer dans la fibre. Les derniers chiffres de

l'Arcep témoignent de leur montée en puissance sur ce front.

 

 

(Crédits: Arcep)

 

Il a salué ce « réveil de l'investissement ». Ce vendredi, Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, le régulateur des télécoms, s'est félicité de l'argent dépensé par les opérateurs dans leurs infrastructures mobiles et Internet fixe. A l'occasion de la présentation de son observatoire du marché français, il a souligné qu'en 2016, les groupes de télécommunications ont déboursé près de 8,9 milliards d'euros, soit une augmentation de 13,4% par rapport à l'exercice précédent. Surtout, il s'agit du plus haut niveau d'investissements depuis que l'Arcep les contrôle, depuis 2004.

Piètre classement en matière de connectivité

 

 

Dans le mobile, les opérateurs ont dépensé près de 2,7 milliards d'euros. Logiquement, les investissements dans

la 3G et surtout la 4G vont crescendo : ceux-ci se sont élevés à 1,45 milliard d'euros (+17,7% par rapport à 2015).

Deux acteurs mettent aujourd'hui les bouchées doubles sur ce créneau : Free, qui est contraint d'accélérer ses

déploiements d'antennes puisque son contrat d'itinérance avec Orange va progressivement prendre fin, et SFR,

qui fait son possible pour retrouver un réseau mobile de qualité.

 

Si Sébastien Soriano se félicite de voir les opérateurs mettre autant la main au portefeuille, il ne crie pas pour

autant victoire. Au contraire. Le président de l'Arcep a rappelé les piètres classements de l'Hexagone en matière

de connectivité. Citant les dernières enquêtes de la Commission européenne, il a rappelé que la France se classait

24ème dans l'UE sur la couverture moyenne des opérateurs 4G, et 26ème sur le déploiement du très haut débit

fixe. Ce faisant, l'Arcep appelle, en clair, les opérateurs à ne pas se relâcher et à maintenir leurs efforts

d'investissements.