Facebook écarterait le Cloud IBM             Softlayer pour WhatsApp

 

Selon la presse américaine, IBM va perdre un gros client dans le Cloud : WhatsApp. Facebook prévoit de migrer l’IT de la messagerie dans ses propres datacenters.

 

Coup dur pour IBM dans le domaine du Cloud. Selon CNBC, Facebook aurait l’intention de migrer

l’architecture IT de WhatsApp vers ses propres datacenters. Aujourd’hui, le service de messagerie

instantanée fonctionne sur le Cloud d’IBM (Softlayer rebaptisé Bluemix). Cette bascule pourrait

commencer d’ici la fin de l’année, explique une source anonyme au quotidien américain. WhatsApp

constitue l’un de 5 gros clients pour le Cloud public d’IBM en termes de revenus, en dépensant 1

million de dollars par mois. Un classement réfuté par IBM à nos confrères américains.

 

 

700 serveurs bare metal répartis sur des datacenters US:

 

Autre élément du retard pris dans l’activation de la migration de WhatsApp, Facebook dispose de sa

propre solution de messagerie, Messenger. Mark Zuckerberg ne souhaitait pas intégrer trop

rapidement WhatsApp et éviter qu’elle se « facebookise » trop tôt.

 

Oui mais voilà depuis, WhatsApp a bien grandi pour atteindre 1,2 milliard d’abonnés. Et Facebook

dispose d’une expertise en matière de migration. Dans le cadre de WhatsApp, CNBC indique que le

service de messagerie instantanée utilise 700 serveurs haut de gamme répartis dans les

datacenters d’IBM à San Jose en Californie et à Washington DC. En 2009, à la création de

WhatsApp, les développeurs ont privilégié l’offre bare-metal pour faire fonctionner l’application et

Softlayer était connu pour faire fonctionner ce type d’architecture en mode Cloud. La firme a été

rachetée en 2013 par IBM.

 

gallery/whatsapp1-1000x660

Facebook a racheté WhatsApp pour un montant

astronomique, 19 milliards de dollars, en février

2014. A l’époque, le service de messagerie

fonctionnait sur le Cloud d’IBM Softlayer.

La logique aurait voulu que la firme de Mark

Zuckerberg rapatrie l’architecture informatique de

WhatsApp au sein de ses propres datacenters.

Mais à l’époque du rachat, Facebook était déjà

en train de mener une migration d’ampleur, celle

d’Instagram. L’application de partage de photos,

acquise en 2012, était sur AWS et a basculé sur

les datacenters du réseau social.